Tom et Flo

26 mars 2010

Statistiques

P1041010(Courbevoie)

Pour cet ultime message, voici les statistiques promises a propos de la moto:

duree: 8 mois et 24 jours de voyage, soit 267 jours, dont 227 a moto,

distance totale: 29501 km,

distance sur piste: 2000 km, soit 7% de la distance totale,

distance moyenne journaliere: 130 km,

distance maximum sur 5 jours: 3600 km, minimum: 0 km,

vitesse maximum sur goudron: 205 km/h (Mexique)

vitesse maximum sur sel: 180 km/h (Bolivie)

vitesse maximum sur terre: 125 km/h (Chili)

vitesse moyenne: trop variable,

consommation moyenne: 5,5 L/100 km,

consommation totale (calculee): 1623 L,

chutes: 17 (10 dans le sable bolivien, 6 a l arret dont 1 apres un coup de vent)

bilan post-chutes: 1 bleu sur un mollet pour Flo,

altitude maximum: 5020 m (Bolivie)

temperature maximum: 42°C (USA), minimum -4°C (Bolivie)

controles de police: 6, dont 2 avec amende (Costa rica 40 USD et Perou 10 USD)

nombre de pays visites: 14 (USA et Honduras non compris)

passages de frontiere terrestres: 20, dont 8 entre Chili et Argentine,

pauses: 15 min pour chaque heure de route,

nombre de trains de pneus: 3,

crevaison: 1 (Chili)

maladies: 1 fois pour Thom (Guatemala), 2 fois pour Flo (Guatemala et Chili)

nuits sous la tente: 8,

nombre de calecons: 4,

duree moyenne pour faire, a deux, un message, avec album photo, sur le blog: 3 heures.

Nous avons egalement ajoute un dernier album: les photos du chargement de l Aventure sur la Jeanne.

The End.

Thom et Flo.

Posté par toflo à 21:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mars 2010

Finies les vacances, maintenant, au boulot!

texte(Madrid)

Tres chers amis,

Apres l Uruguay et ses plages, nous avons decouvert Buenos Aires. De tout notre voyage, c est la ville qui nous a donne le plus envie de rester sur le continent americain. Si nous n avions pas voulu nous installer en France, nous aurions probablement pose nos bagages ici (et demande a la Jeanne de faire un crochet pour ramener l Aventure!)

Grande capitale, danseurs de tango a chaque coin de rue, nombreux quartiers tous differents; nous pouvons la resumer a "un cocktail typiquement argentin de torpeur et de fougue, d Europe et d Amerique, d histoire et de modernite".

En une semaine, nous avons, dans le desordre, cherche un "ptit cuir" pour Flo (car, sur la moto comme a la chasse, ce qui importe pour les filles, c est la classe!), fait faire un knickers sur mesure pour moi, reve dans toutes les boutiques de Retiro et Recoleta (Vuitton, Hermes, le plaisir des yeux), dejeune a la Boca, quartier populaire et ouvrier aux mille couleurs, en cherchant Maradonna, sans le trouver, pris un cafe au marche des antiquites de San Telmo, vu le dernier Tim Burton au cinema (bien, mais sans plus), visite le palais presidentiel et le musee d Eva Peron, ete invites a diner, assiste a un spectacle de tango dans un tres bon resto aux entrecotes dignes d une steakhouse. Nous remercions ici la famille Lacombe de nous avoir si gentiment accueillis chez eux ces quelques jours.

C est donc a Buenos Aires que nous terminons notre voyage de noce. Nous sommes conscients de la chance que nous avons eu de realiser un voyage pareil et un vieux reve pour moi. Nous avons souvent pense a vous tout au long de nos aventures. En dehors d un sac vole, d une crevaison, d une grosse intoxication alimentaire et d une baisse de regime apres le renvoi de la moto, nous n avons eu aucun probleme.

Nous avons appris beaucoup de choses l un sur l autre et nous avons pris un reel plaisir a vivre, 24h sur 24, a moins de 2 metres l un de l autre.

Notre voyage se termine tranquillement et nous envisageons sereinement la rentree.

Ce blog nous a permis de vous faire partager nos premiers pas de vie commune. Nous esperons que vous avez pris du plaisir a nous lire chaque semaine. En tout cas, nous etions friands de tous vos commentaires.

Enfin, une info plus qu un scoop, nous avons decide, apres un an et demi de reflexion et d hesitation, de nous intaller a Paris.

Ceci est notre dernier message sur le blog. Encore merci de nous avoir accompagnes,

Thom et Flo.

PS: En fait, nous ecrirons un ultime message le 22 mars.

Posté par toflo à 16:54 - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 févr. 2010

Uruguay

P1060155(Buenos Aires)

Non, nous n arreterons pas d ecrire le blog avant la fin. Nous ne voudrions pas vous laisser comme des ames en peine, au bureau, le lundi matin, devant votre ecran d ordinateur, apres avoir parcouru gmail et facebook (mais avant grandeentreprise.com).

Que dire de l Uruguay ou nous avons traine nos serviettes de plages pendant pres d une semaine?

Montevideo, la capitale, ne nous a pas enchantes. Il pleuvait, il n y avait rien a voir et la ville etait deserte pour cause de week-end. Nous avons tente de visiter le musee du caranaval, chaudement recommande par le Lonely, qui, soit dit en passant est le guide le plus nul de tous les temps. Ce n est pas tout a fait vrai, le petit fute est encore moins bien fait. Vous aurez donc compris: le dernier musee n avait donc rien d interessant.

Punta del Este, LA station balneaire d Amerique Latine apres Acapulco et Cancun, ne nous a pas decus. Apres une grosse reduction, a peine comprehensible, pour 3 nuits dans un bon hotel du centre, nous avons profite des plages, des bons restos, du soleil, des petites minettes en maillots de bain et des jeunes boutonneux sur petrolettes au bruit de tondeuses.

Je me permet une parenthese d importance a propos des maillots de bains en Argentine et Uruguay. Bien plus sexy que sur notre vieux continent, nous le decrivons taille basse a l avant, taille normale a l arriere mais stringue. C est la norme, quelque soit l age et le profil. Il y a donc du bon et du super-bon car on oublie vite le moins bon. Aucun topless. Nous pouvons quand meme emettre une critique: la mode est ici aux maillots depareilles. Faute de gout!

La laguna Garzon, a quelques kilometres de Punta del Este, est un bon spot de kite. Apres presque 2 ans d arret, j ai hesite entre, prendre 2 heures de cours ou seulement louer du materiel. Finalement, la lecon de remise a niveau etait la bienvenue. Tres bonnes sensations, une grosse boite et des courbatures, c etait parfait.

Colonia, charmante petite ville classee a l Unesco, avec son phare, sa plage et ses voitures anciennes. Il faut y passer une journee avant de faire une heure de bateau pour rejoindre Buenos Aires.

En un mot, l Uruguay, c est bien pour la plage.

Nous sommes maintenant a Buenos Aires. Mais nous vous raconterons tout ce qui concerne cette ville incroyable dans notre prochain et dernier message sur le blog.

Thom.

PS: Nous avons, enfin, reussi a charger les videos.

Posté par toflo à 21:12 - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 févr. 2010

Et tout est innonde.

P1060062(Puerto Iguacu)

Il ne fallait pas grand chose pour nous relancer. Ce n etait qu une petite demonstration de lassitude vite passee. Ceci explique la rapidite d apparition de ce nouveau message. Pour les videos, on galere un peu, mais c est promis, ca va venir.

Nous sommes a Iguacu et sommes tres excites a l idee de decouvrir ses fameuses chutes. Depuis Mendoza, nous avons "fait" du bus tous les jours. Il etait temps de se poser. Le programme est le suivant: piscine en arrivant a l hotel, bon diner, avec une bouteille de pif pour Flo, petit plus qui lui tient tant a coeur. Le lendemain: parc national d Iguacu cote argentin le matin, piscine et lecture l apres midi. Le surlendemain: Iguacu cote bresilien, et apres, nous ne savons pas encore.

Nous arrivons donc au parc, il fait tres beau et deja un peu chaud. Le spectacle est saisissant. La vue est magnifique. Nous nous baladons pendant pres de 4 heures, afin d apprecier les differents points de vue. Nous allons egalement sur une plateforme a quelques dizaines de metres du pied des chutes. Nous nous rendons, ici, tres bien compte de la puissance des quantites d eau qui se deversent. Nous en resortons completement trempes. Tout le monde est en maillot de bain, l ambiance est assez bon enfant.

A San Igniacio, avant d arriver a Iguacu, nous avons visite une mission jesuite, classee a l Unesco. C etait tres interessant, mais completement anecdotique par rapport a Iguacu.

Pour la suite, nous nous ferions bien plaisir en prenant un avion directement pour Montevideo. Nous voudrions gouter a l Uruguay, qui parait etre un pays tranquille et plein de charme, avant de se depenser sur les pistes de tango de Buenos Aires.

Nous pensons bien a vous,

Thom.

Posté par toflo à 21:29 - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 févr. 2010

Un seul etre vous manque...

49868999_m_1_(San Ignacio)

Bonjour a tous,

Nos sentiments sont tres partages sur cette derniere partie de notre voyage. Je vous les livre avec beaucoup de sincerite et de franchise.

Notre voyage a pris une autre tournure depuis quelques temps. Les raisons en sont multiples, mais il s en degage deux ou trois. Premierement, nous nous rapprochons de la fin. Certes, nous sommes conscients qu il nous reste un mois de voyage et que beaucoup d entre vous se contenterai, sans peine, du quart. Avoir atteind Ushuaia a ete une excitation difficilement descriptible, avec une impression d achevement sans precedent. Nous etions arrives au bout d un longue balade qui nous a motivee pendant plus de 6 mois. Apres il s est agi de retourner le plus vite possible a Valparaiso; nous etions sous pression et le temps est passe tres vite. Maintenant que le souffle est retombe, il faut reconnaitre que ce n est plus pareil.

Deuxiemement, nous n avons plus notre moto. Je n irai pas jusqu a dire qu elle faisait partie de la famille, mais il est indeniable qu elle prenait une part importante de notre vie. D abord parce qu elle nous rendait bien service, elle n a jamais refuse l effort, ni rechignie devant la difficulte du terrain. Presente en toutes occasions, nous ne l avons pas menagee, elle n a pas cede et s est montre toujours aussi fiere, meme apres 17 chutes sur la totalite du voyage. Fruit de beaucoup d attentions: verifier le niveau d huile, la pression et le niveau d usure des pneus, la prochaine station service pour eviter le coup de la panne (dont je n ai plus besoin), trouver un hotel avec parking ou un patio, reserrer regulierement l ensemble des ecrous; aujourd hui, elle nous manque (oui, meme a Flo).

Troisiemement, d un point de vue touristique, les derniers gros rendez-vous sont Iguacu, peut etre l Uruguay et Buenos Aires. Donc, depuis Valparaiso, nous avons plus l impression de faire 5 a 10 heures de bus tous les jours pour s arreter dans des coins sans interet. Ceci dit, vous verrez dans le suite du blog, que nous avons quand meme trouve des trucs a faire...

Quatriemement, nous n avons pas particulierement envie de rentrer et de retrouver nos patients et boites de cafe.

Nous ne sommes pas a plaindre, nous profitons encore pleinement de nos aventures, mais ce n est plus pareil. Peut etre aussi que nous avons hate de vous retrouver! Voila, je vous ai simplement ouvert nos coeurs. Ne soyez pas trop severes avec nous.

De toute facon, si vous etes trop critiques a notre egard, nous avons encore quelques ressources pour vous faire baver.

Apres Valparaiso, nous sommes retournes a Mendoza, ou nous avons regoute, avec grande joie, les vins argentins. Nous nous sommes ensuite diriges vers le nord-est pour passer quelques jours a Cordoba. Deuxieme ville d Argentine, nous avons particulierement apprecie sa vie etudiante, ses rues pietonnes, ses restos lounges, ses galleries marchandes (un nouveau maillot de bain pour Flo) et son cinema, parce qu il pleuvait le dernier jour. Un aller et retour a Alta Gracia nous a permis de visiter la maison d enfance d Ernesto Guevara, dit le Che. Nous y avons vu la moto avec laquelle il a parcouru une grande partie de l Argentine et du Chili: une Norton.

Sur la route, le parc national d Ichigualasto et ses ossements de dinosaures, ont merite le detour.

Quelques kilometres au Nord de Cordoba, se trouve La Cumbre, site qui a accueilli les championnats du monde de parapente en 99. Nous n avons pas resiste et avons fait, chacun, notre bapteme. Je vous laisse voir les videos. En direct du cybercafe, Flo me dit qu elle n arrive pas a les telecharger. Ce sera pour la prochaine fois.

Aujoud hui, nous sommes A San Ignacio, a une journee d Iguacu. Nous avions le choix entre un hotel avec piscine, bar, barbecue, clim (bien quand il fait 35 degres), tele cable pour suivre les JO, et une pension vieillote sans piscine, bar, barbecue, clim ni cable. Le choix fut vite fait, il fallait essayer le nouveau maillot.

Nous vous embrassons fort,

Thom et son nouveau sac a dos de 80 litres.

Posté par toflo à 01:38 - Commentaires [9] - Permalien [#]

05 févr. 2010

Au revoir l Aventure.

P1050797(Valparaiso, dist: 29500 km, alt: 0 m)

Chers tous,

Flo s etant fait piquer par une guepe au poignet, donc ne pouvant ecrire, son bras ayant double de volume (cas medical surprenant et tres interessant), c est moi qui suis charge du texte du blog, une seconde fois consecutive.

Vous avez surement quelques questions a nous poser:

Pourquoi avez vous fait 3600 km en 5 jours?

Qu est ce que vous faites a Valparaiso alors que vous y etiez deja, il y a un mois et demi?

Avez vous fait une erreur sur Googlemap?

Pourquoi etes vous encore a un cocktail sur un batiment militaire?

Lors de notre dernier message, nous etions a Ushuaia. La suite de notre voyage a moto devait nous ramener a Buenos Aires et y trouver le moyen de renvoyer la moto en France. Mais, autour d une biere, avant de quitter Ushuaia, Charles d Alancon nous glissa une idee: "Vous devriez demander au commandant s il lui est possible de ramener la moto sur la Jeanne".

Cette idee s est revellee lumineuse. La demande faite de vive voix au commandant, un delai de 24h de reflexion, et enfin une reponse positive de sa part: "Accord pour embarquement de la moto dans 6 jours a Valparaiso au Chili", nous ont pousses a modifier nos plans. Il y a quand meme un trip de maboule a faire rentrer sa becane en France sur la Jeanne!!!

Je vous passe les details du retour: toujours du vent, encore du vent, cou plus muscle a gauche qu a droite, pneu arriere a l agonie, temoin d usure largement depasse, pneu completement carre, beaucoup de fatigue mais un objectif grisant. Nous n avons, bien evidement, pas pris la meme route qu a l aller et nous en avons profite pour traverser la region des lacs chiliens, beaucoup moins belle que son homologue argentine. On y trouve, tout de meme, un des joyaux patagons: le volcan Villarica, a Pucon, encore en activite (cf album). Nous sommes arrives a Valparaiso avec un jour d avance.

Le chargement de la moto sur la Jeanne s est bien passe, avec moins de sueurs froides que prevu (tout passe avec le temps), malgre la moto suspendue a 20 metres au dessus du vide. Les photos viendront plus tard. Nous devons la recuperer en France fin mai, a Brest ou a Rouen.

Un nouveau voyage commence, nous avons achete des sacs a dos, et nous prevoyons de rejoindre notre destination initiale: Buenos Aires. Nous retrouvons les joies des bus de nuit, des horaires de merde et des pieds qui puent, pas de pause pour la photo, quand est ce qu il s arrete, il faut que j aille pisser!

Un peu de vulgarite pour bien faire passer un message: sans la moto, on se sent un peu tous nus, on ne sait plus trop comment il faut faire. J ai aussi l impression d avoir perdu une couille. Malgre tout, nous sommes quand meme tres contents de s etre liberes du probleme de renvoi de la moto.

Nous avons donc fait 29500 km en 7 mois et demi. Nous ferons un message "special statistiques" plus tard.

L album photo est moins fourni que d habitude mais, vu le programme des jours derniers, le coeur n y etait pas. Nous ferons mieux la prochaine fois.

Nous pensons bien a vous; bon courage pour le boulo, les vacances au ski approchent.

Thom.

Posté par toflo à 21:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]
28 janv. 2010

Fin del Mundo

texte(Ushuaia, dist: 25900 km, alt: 0 m)

Chere famille, chers amis, chers lecteurs, chers tous,

Nous commencons par la fin, mais nous ne resistons pas a l envie de vous dire que nous sommes a Ushuaia, a la fin du monde, dans cette ville la plus au sud du globe. Tous les mots nous font rever: Argentine, Patagonie, Terre de Feu, Ushuaia...

Je ne me lasse pas de regarder la carte sur Googlemap, seule objective facon de realiser le niveau de ce voyage. De Houston, nous avons parcouru 25900 km. Bien sur, notre periple n est pas termine et il nous reste encore beaucoup de choses a voir et a decouvrir, mais, et c est le motard qui parle, la suite, en terme de mototourisme, sera plutot un retour vers le port d embarquement de la moto. Le trip a moto est assouvi.

Apres ce petit moment sentimental, je reprends le blog a la fin de la ruta 40. Nous avons rejoint le parc national Torres del Paine, qui, apres 7 mois de voyage, remporte la palme du plus bel endroit d Amerique Latine. C est un subtil melange de lacs, de montagnes, de neige et de glaciers dans la Patagonie chilienne. Nous y avons campe pour etre encore plus proche de cette nature si impressionante. Vous n avez pas manque de noter qu il y avait un glacier, donc, forts de l experience acquise au Perito Moreno (message precedent), nous avons recidive pour un trek avec escalade et descente en rappel sur le glacier. Nous nous sommes egalement promenes dans des grottes de glace. C est une impression bizard que de se promener dans un immense glacon. Mais tout etait parfait, sauf le whisky absent en fin de journee; les chiliens sont moins funky que les argentins!

Nous descendons encore et toujours vers le sud et atteignons la Terre de Feu. Le vent n a jamais ete aussi violent. Il est relativement stable et regulie donc il n y a pas d a-coup; en revanche, il est tellement fort que nous sommes obliges de rouler avec la moto penchee, parfois de maniere si prononce que je dois rouler en premiere car la moindre perte d equilibre nous envoie dans le fosse. C est deja arrive une ou deux fois.

Nous arrivons en Terre de Feu, en prenant un gros ferry afin de traverser le detroit de Magellan. Encore quelques centaines de kilometres et on est au bout. Les paysages sont toujours aussi beaux, mais cette fois, il s agit de grandes etendues d herbages tres peu vallonnees, avec de nombreux elevages de moutons et des forets petrifiees. Les gauchos (cowboys d Amerique du Sud) s y deplacent a cheval avec une certaine elegance.

Ushuaia: 201 km; ca avance, ca avance...

Je vous donne, en attendant le denouement, des nouvelles de mon pneu arriere. Je l avais repare avec le kit, consciencieusement achete avenue de la Grande Armee, en y mettant une meche. Apres 500 km et une meche toujours efficace, nous avons pense finir le voyage comme ca. J ai ete un peu vexe de m apercevoir apres 1000 km que la fuite avait repris. Un passage chez le mecano le plus desagreable du pays, un demontage de roue puis de pneu, une rustine comme sur un velo, remontage et le tour est joue. Pour l instant, ca tient toujours; suite au prochain blog.

"Bienvenidos en la ciudad mas austral del Mondo - Ushuaia". Nous y sommes. Beaucoup d emotions, des sensations etranges, un reve qui aboutit. Au detour d un virage, la baie d Ushuaia s ouvre a nous. Nous remarquons au milieu de la baie: la Jeanne d'Arc, fameux navire ecole de la Marine Francaise.

Les relations mondaines de Flo ne s arretant pas en voyage, nous avions un ami sur la Jeanne, l aspirant Charles d Alancon. Nous avons donc ete invites au cocktail donne par le Commandant sur le navire. Malheureusement, la Jeanne etait au mouillage, le cocktail s est donc deroule sur le Courbet (batiment d escorte), un peu moins connu, un peu plus petit, mais un acceuil tres chaleureux et une fanfare agreable. Une coupe de champagne, discussion avec le Consul et visite du batiment par le sympatique Commandant en Second. Photo obligatoire avec le Commandant. La vie est dure. Nous remercions quand meme vos impots pour les petits fours.

Nous esperons qu il ne pleuve pas trop demain pour le debut de la remontee (A Ushuaia, sur 365,25 jours, il pleut 365.25 jours). Nous pensons bien a vous.

A plus, Thom.

Posté par toflo à 22:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]
22 janv. 2010

Un clou, un clou, un clou...

texte(El Calafate, dist: 24300 km, alt: 1000 m)

Bonjour a tous,

Nous avons passe un moment merveilleux a Llao Llao, a cote de Bariloche, au Patagoniavista Lodge and Spa, cadeau de mariage de Doudou et Marie. Un endroit absoluement dingue avec une vue unique sur le lac. Apres une dure journee de moto, quel plaisir de passer du temps dans le spa et le hammam a lire un bouquin. Ayant une cuisine a disposition dans notre chambre, nous nous sommes prepares un super diner avec une bonne bouteille de pif sur la terrasse. Un pur moment de plaisir qui restera l un des tres bons moments de notre voyage. Merci les Sabat. Attention, les photos sont dans l album "Argentine et region des lacs".

Nous passons au Chili apres avoir pris une partie de la ruta 40 qui est une route de gravier au milieu des montagnes et bordee de lacs. Le temps a ete changeant au cours de la journee mais pas de pluie, c est l essentiel car je garde toujours le mauvais souvenir de la route des 7 lacs avant d arriver a Barriloche: une route de 70 km de graviers sous une pluie torrentielle et seulement 6 degres... bref, on etait trempe jusqu aux os et frigorifies... mon pire souvenir a moto, pour le moment. Nous prenons ensuite la caraterra austral au Chili qui descend vers le sud. Cette route a ete pour nous un vrai bonheur: c est tres tres beau, des lacs, des montagnes, une petite route qui monte et qui descend avec des virages a droite, des virages a gauche et tout ca avec un temps superbe, ce qui rend le paysage encore plus beau.

Nous arrivons a Coyaique ou nous nous arretons pour prendre de l essence et la, Thom se rend compte que nous perdons de la pression dans le pneu arriere. On regarde en detail et on en voit la cause: un clou, bien enfonce, dont on ne voit plus que la tete. Nous avons de la chance de nous en etre rendu compte dans cette ville qui est la plus grande de la caraterra austral. Et il faut voir les autres villes: uniquement des maisons en pre-fabrique, y compris l eglise, sans personne dans les rues. Bref, apres avoir vu 4 reparateurs qui veulent tous sortir le pneu pour nous mettre un patch a l interieur, nous decidons d utiliser notre kit de reparation. On enleve le clou, et Thom s en sort tres bien pour enfoncer la meche dans le pneu. Operation reussie, le pneu ne fuit plus. On part faire 2h de ballades pour voir si ca tient... et ca tient tres bien. Nous repartons donc le lendemain avec toujours un oeil sur le tableau de bord pour verifier qu on ne perd pas un dixieme de bar. Sur le chemin, nous faisons un tour en bateau pour voir la cathedrale de marbre. C est impressionnant de voir ces formes et ces couleurs. Sur une des photos, vous pourrez voir la tete d un chien.

Retour en Argentine pour reprendre la ruta 40. C est tres different de la caraterra austral: tres desertique, du gravier epais et avec un vent a decorner les boeufs. Et le probleme, c est que le vent nous pousse sur le gravier qui rend la moto tres difficile a controler. Mais, nous ne sommes pas tombes une seule fois grace a un pilote fort habile. Sur la ruta 40, les hotels ne sont pas tres frequents. Nous dormirons donc dans un relais d entretien de la DDE locale, accueillis tres gentillement par une famille au complet. Ils nous disent qu ils nous feront payer la nourriture mais pas la chambre, car elle ne leur appartient pas. Nous avons droit a un gouter avec du the et des petits gateaux. Nous n en prenons pas beaucoup alors que nous mourrons de fin (n ayant dejeune que d une boite de thon pour 2), par correction. Mais en fait, nous aurions peut etre du, car apres le diner (soupe et gratin) nous avons demande combien nous leur devions. Surprise... nous n avions jamais dine pour aussi cher meme un tres bon diner. Mais bon, nous etions contents de pouvoir dormir au chaud chez eux... alors...

Arrives a El Calafate, nous organisons notre excursion pour le lendemain : un petit trek sur le glacier Perito Moreno. Ce glacier, contrairement a d autres qui reculent, est stable. Nous le verrons de tres pres grace a des passerelles. Nous ferons un tour en bateau pour nous rendre compte de la taille impressionnante de ces blocs de glace : 60m, et il y a encore 120m en dessous de l eau. Une marche sur le glacier avec des crampons : vraiment sympa et extremement beau.

Nous allons maintenant retourner au Chili pour rejoindre le parc Torres del Paine.

Pour les nouvelles en vrac: on a croise, sur la route, des autruches et un putois, on a toujours pas trouve de calecon ruta 40 pour Thom, et on a perdu un ecrou de fixation du topcase...

Nous vous embrassons tres fort.

Flo

Posté par toflo à 16:08 - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 janv. 2010

Du vin, des pistes et des lacs.

Texte(Bariloche, dist: 22200 km, alt: 800 m)

Salut,

Nous allons un peu resumer, sinon on ne va pas s en sortir. Nous vous avions abondonnes a notre arrive a Santiago au Chili. Nous avons bien profite de cette ville tres agreable, aeree, chaude et accueillante ou nous avions confie la moto a la famille (et belle-famille) Braquilanges. Nous les remercions encore une fois (surtout pour le barbecue, le water-volley et le petit rose).

Un passage au stand pour la revision des 20000 et changement de pneus: tout est bon et ce sera des Heidenau mixte a l avant et Metzeler mixte a l arriere. Je recois meme les compliments du mecano qui precise que les freins sont encore comme neufs, histoire d avoir le sourire avant de passer a la caisse...

Un quatorzieme passage de frontiere et nous voila en Argentine, direction Mendoza. Capitale du vignoble argentin, Mendoza nous a aussi charmes par ses grandes et larges avenues ombragees, ses nombreuses places et sa population jeune et petillante. Nous y avons visite une "bodega" et avons fortement apprecie la degustation. Sans mettre notre chauvinisme de cote, nous pouvons dire que certains vins argentins nous ont beaucoup plus.

Nous repartons vers le sud et notre but est maintenenant d atteindre la Patagonie et Ushuaia. Le temps clement et la vie relativement chere nous poussent vers le camping. Pour ne pas trop souffrir, nous choisissons des camping avec piscine, c est toujours plus sympa, en particulier apres de longues cessions de hors piste, comme nous en offre la fameuse "Ruta 40". Cette immense route traverse pratiquement tout le pays, du nord au sud, jusqu en Terre de feu.

Il y a, du cote chilien, une route parallele a celle-ci, appelee "Caraterra Austral". C est un dileme pour tout grand voyageur sud-americain: doit-il prendre la Ruta 40 d Argentine ou la Caraterra Austral du Chili? Pas de reponse toute faite; nous avons choisi de passer regulierement, de l une a l autre, afin de profiter des plus beaux paysages de chacune.

Avant les immensites desertiques de Patagonie, nous traversons la region des lacs. Cela me fait penser aux Alpes mais en encore mieux. Nous roulons au milieu des pics enneiges et des sapins, et les vues sur les lacs s enchainent. Il faut s arreter toutes les 10 minutes pour faire LA photo. Nos points de chute sont San Martin de los Andes, ou nous avons fait un petit trek de 3h (affiche 5h a l entree, vache Milka et marmotte qui met le chocolat dans le papier d alu...) et un resto en exterieur, au milieu d un jardin, et San Carlos de Bariloche, dit Bariloche, station de sport d hiver huppee ou Flo a (encore) fait des achats...

Demain, nous partons pour Llao Llao ou une chambre dans un tres luxueux lodge (avec spa, vue sur lac et tout et tout) nous attend. La consigne est de donner le code de reservation faite par Edouard et Marie Sabat. En effet, il s agit de notre cadeau de mariage. C est bon ca!

Pour resumer et comme vous le voyez, tout se passe toujours tres bien pour nous. Nous suivons les actualites et savons qu il fait froid en France. Tenez bon, courage, sinon, faites comme nous, allez au spa! Nous vous embrassons.

Thom.

Posté par toflo à 21:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]
05 janv. 2010

Surprise.

P1020784(Mendoza, dist: 20500 km, alt: 800 m)

On vous aurait menti? Pas vraiment, mais un peu quand meme.

Debut decembre, au milieu du diner, dans un petit resto, nous nous sommes regardes dans les yeux: "Si on rentrait pour Noel?" Quand une idee arrive en meme temps dans deux cerveaux differents, c est qu il y a quelque chose d interessant. La pensee de faire une grande surprise a nos familles nous a rapidement enthousiasmes et l internet-cafe du bout de la rue a fait l affaire; les billets sont pris.

Nous sommes donc rentres en France le 24 decembre a 15h pour faire la surprise le soir meme, a ma famille, a Campoix. Le 28, ce fut le tour de celle de Flo a Paris. Et le 1er janvier, retour chez les latinos a Santiago du Chili ou la moto nous attendait bien au chaud (34 degres en ce moment).

Nous n avions prevenu personne dans l unique but de faire la surprise a nos familles. Ne soyez donc pas vexes de ne pas avoir ete tenus au courant. Tout le monde sait que "Je vais te dire un truc, mais tu ne le dis a personne" n a jamais marche!

Le voyage a repris et nous sommes maintenant en Argentine, a Mendoza.

Il n y a pas d album photo cette fois ci par pudeur pour nos familles.

Nous vous souhaitons une tres bonne annee 2010, annee de la glisse.

Thom.

Posté par toflo à 22:08 - Commentaires [9] - Permalien [#]